lundi 28 novembre 2011

Otro mundo - Badami - 28.11.11

Goa-Badami = 382 km ; 2 trains + 1 bus ; 11 heures de trajet et 201 roupies (2,07€) plus tard..

Badami, personne ne s'y arrête ou presque. En tout cas, très peu de touristes s'y rendent depuis Goa et je vais vite comprendre pourquoi..

Cela commence par le premier train pris à 6h du mat : pas de place assise, 1h30 debout, agglutinée contre ceux qui ont eu la même malchance que moi. Pas de fenêtre dans le wagon mais les portes grandes ouvertes pour une aération minimale. Chacun cherche à s'appuyer comme il peut pour s'assoupir un moment, quitte à se pendre aux bras d'un ami. Pour un peu, si on mettait de la musique douce, ils danseraient un slow..


La deuxième étape, la plus longue, est plus agréable. J'ai au moins une place et il y a des fenêtres ! Et c'est tant mieux car les paysages que l'on traverse sont magnifiques.


La 3eme étape sera la plus dure.. Je m 'arrête donc à Gadag, d’où je dois prendre un bus pour Badami.
Le problème dans cette bourgade que ne mentionne même pas le LP, c'est que cela doit faire bien longtemps qu'ils n'ont pas vu de touristes..

À la gare routière ou j'attends mon bus, un attroupement se forme autour de moi. Je deviens l'attraction du mois. Et heureusement que je ne suis pas blonde, là ce serait l’émeute..
Tous sont regroupés autour de moi et j'ai l'impression d’être à la fois Lady gaga, une extraterrestre et une bête curieuse..
Et comme personne ne parle anglais, je ne fais que sourire.. et eux aussi.. Ils me prennent tous en photo avec leur téléphone portable et je continue de sourire.. En résumé, c'est la fête du sourire à Gadag !

Je deviens aussi sec la cible des mendiants et particulièrement des enfants. Une petite fille est spécialement tenace. Elle doit avoir 6 ou 7 ans, tient dans ses bras un bébé d'environ un an et tous deux sont d'une saleté repoussante. Et pourtant, je crois que c'est la gamine la plus belle que j'ai croisée de ma vie. Elle est magnifique! Oui mais voilà, elle est née intouchable et le restera.
Alors qu 'elle s’éloigne un moment, je me dis que je vais lui donner le peu de monnaie que j'ai sur moi. Mais c'est alors que je remarque du coin de l’œil qu'elle est en train de gifler son frère pour qu'il se mette à pleurer et revenir vers moi pour m’apitoyer encore plus. Pfff.. en voyant ça, impossible désormais de lui donner la moindre roupie. Je n'ai pas envie de cautionner son geste et pourtant, j'aurai aimé faire quelque chose pour ces petits. C'est dur l'Inde. Je ne montre évidemment pas dans mes photos les estropiés, les gens qui dorment par terre dans la poussière, la saleté et la puanteur qui s'en dégage mais c'est aussi ça l'Inde.

Mais mon bus arrive enfin et je dois dire au revoir à tous mes fans. 2 heures pour faire les 70 km manquants jusque Badami. J'avais lu quelque part que le trajet était « particulièrement cahoteux.. »

HA-HA-HA-HA !! Cahoteux ??? c'est l'adjectif qui est venu à l’esprit du gars pour décrire la route ?? Mais le mec est malade !! Les adjectifs corrects sont : démoniaque, suicidaire, infernal, interdit aux plus de 20 ans !

La route pourrait paraître en bon état, et d'ailleurs elle l'est presque mais le gros hic, ce sont les espèces de dos d’âne complètement pourris qui jonchent la route tous les 200 mètres. Et ce ne sont pas de beaux dos d’âne comme nous, noooonnnnnnn.. ce sont 3 petites bosses qui émergent on ne sait pas pourquoi, 3 fois plus de soubresauts pour le prix d'un..
Et si vous prenez ce malheur de bus, le problème est double car non seulement l'engin n'a pas d'amortisseur mais en plus le chauffeur a décidé de ne jamais s’arrêter pour franchir ces foutus dos d’ânes!

l'illustration veut tout dire..
Je vous promets, je vous jure que j'ai fait des bonds de 30 cm.. J'essayais de me tenir n’importe où pour éviter de me cogner.. En bref, l'horreur absolue et la vive recommandation de ne faire ce trajet que si vous avez les os solides ou une âme de téméraire..

Enfin.. Badami, gros village rural de 25000 habitants mais avec l'agitation d'une capitale ! Ça klaxonne de partout et je fais bien de choisir un hôtel (Mayura hotel) en dehors du centre ville. Seul souci, les singes ! Je sors de ma chambre qui donne sur un grand terrain et j'en ai de tous les cotés. Il y a tellement de singes dans cette ville que j'arriverai même à me faire pisser dessus par l'un d'entre eux qui était sur un arbre au dessus de moi. Super.. Je me suis désinfectée à l'eau de javel..


L’intérêt de la ville réside dans les temples troglodytiques creusées dans la roche au VI et VIIéme s.



C'est aussi une excellente base pour visiter d'autres sites aux alentours tels que Aihole



Pattadakal



Ou Mahakoota



J'ai la chance d'avoir rencontré un fabuleux chauffeur de rickshaw d'une gentillesse absolue (Senganna) qui m'expliquera tous les petits secrets de la région et qui m'invitera chez lui pour connaître sa femme et ses enfants.



Les gens sont extrêmement chaleureux et m’arrêtent tous pour me demander d’où je viens, quel est mon nom, etc.. les éternelles 3 ou 4 phrases en anglais qu'ils connaissent et qui témoignent de leur saine curiosité.









Badami et sa campagne, c'est vraiment un autre monde.. j'ai l'impression de faire un arrêt sur image sur des siècles en arrière.. Mais partout, des sourires, des welcome.


Quand je demanderais pourquoi il y autant de cochons dans la ville alors qu'ici ils ne mangent pas de viande et sont tous végétariens, on me répondra que ce sont eux qui nettoient la ville. Les éboueurs d'un autre temps, d'un autre monde..

En bonus, après la calèche tuning, je vous présente le tracteur tuning.. J'espère que vous apprécierez..


Pour finir, comme toujours, la musique du titre du post: Otro mundo de Manu Chao.




8 commentaires:

tania a dit…

tes photos sont superbes :)
xx

vaness a dit…

tu confirmes via tes photos que les indiens et le sourire ça ne fait qu un:)

c est sympa de nous embarquer avec Toi, tu visites des endroits que jaimerais voir mais n oserais pas...

j adorrrrrree

ps mon reve était de monter dans un train en inde comme dans les films, mais la j'ai moins envie tout dun coup:(

ps 2 si c pas deja fait vas au ciné cers juste énorme

vaness

Anonyme a dit…

Tes photos et tes récits sont géniaux ma choute!!

Tu me manques...

Disfruta y... ciudado con los monos!!!

Xavier

Ecosoler a dit…

j'adore tes commentaires pleins d'humour. heureusement que t'as rien donné à la fille car sinon tu n'aurai jamais pu te débarrasser des autres mendiants.
t'es bien loin des cocotiers en ce moment à quand le bleu et le plaisir de souffler dans un détendeur.

chachadame a dit…

c'est juste incroyable, incredible india by toi cest grandiose

Yves a dit…

J'adore les photos! J'adore les commentaires! J'adore me sentir un tout petit peu la bas en suivant tes posts!

Merci! ;)

La Tribu a dit…

Salut Mimile, un gros bisous de ta tante et ta grand-mère qui sont absolument fans. A bientôt pour lire tes aventures

CyaN a dit…

Un festival de visages souriants. De regards chaleureux. Et une pointe d'espièglerie. Une authenticité indéniable.
Vivre Badami par procuration, au travers de ton regard et tes rencontres, a quelque chose d'envoutant.