lundi 13 mai 2013

Je suis venue te dire que je m'en vais - Iles Perhentians - 13.05.13

Je quitte donc les états du Nord Est de l'Inde, fascinants mais éprouvants, pour la Malaisie.
J'ai bien droit à un petit peu de repos au soleil..
J'hésite entre les îles Tioman et les îles Perhentians puis j'opte finalement pour ces dernières. Elles étaient au programme l'année dernière et j'ai bien envie de voir à quoi elles ressemblent.
3 avions plus tard, une heure de taxi et 45 minutes de bateau j'y suis enfin.

Les îles Perhentians comptent deux îles : Besar et Kecil. Besar est la plus grande, la plus familiale et après ma solitude des dernières semaines, elle me convient parfaitement pour les premiers jours. Kecil est la plus festive, branchée. J'irai donc après m'être reposée sur Besar.

La plage est belle, il y a peu de monde et je passerai les 3 prochains jours à dormir et à me prélasser sur la plage face à une mer qui invite à la baignade avec ses 30 degrés.



Mes meilleurs amis deviennent des enfants de l'île qui s'amusent d'un rien, toute la journée à jouer dans l'eau, aussi à l'aise dans l’océan que Paris Hilton chez Prada.
De vrais petits sauvages qui me feront déclencher de beaux fous rires.



Pour changer de plage, je prend un bateau taxi et comme d’habitude, je recherche LA plage la moins fréquentée. Et je joue les Robinson Crusoé toute une journée sur une plage déserte.
Et je savoure mon bonheur, croyez moi.




Ayant fait le tour de Besar, je me décide finalement pour Kécil. Age moyen des touristes : 20-25 ans
Activité principale : faire la fête sur la plage.
Conclusion: des lève-tard qui comatent ensuite toute la journée sur la plage pour ensuite participer au concours de « qui s'est brûlé le plus au soleil et est le plus rouge ? ». Trop marrant le concours !

Bref, c'est pas trop mon truc mais je reviens ainsi peu à peu à la civilisation. Les Malaisiens sont très désagréables, ici comme à Kuala Lumpur. Aucun sens du service (le directeur de la GH que j'avais choisi au départ :  « non, désolé, je ne vous aide pas avec votre valise, c'est pas compris dans le prix »... Du coup, je change de GH.. Le directeur : « il faut payer maintenant pour la nuit ». Moi :  « j'ai toujours payé au moment du départ, je peux payer à ce moment-là ? ». Réponse « Non, je n'ai aucune confiance dans les touristes.. ».. V'là l'ambiance!)
Les malaisiens nous font bien comprendre qu'on est là pour payer, pas pour échanger. Un peu comme les thaïlandais.
On va dire que je suis tombée sur les mauvaises personnes..

Ceci dit, mon séjour sur les îles Perhentians est très agréable, reposant. Mes journées sont extrêmement dures entre plongée le matin, farniente l’après midi sur une plage déserte que je me suis dégotée, massage en fin de journée et poisson grillé le soir.

Peut-être mon séjour le plus difficile !



Trêve de blabla, parlons un peu de la plongée : là réside ma déception de ces îles. La plongée n'est pas terrible, la visibilité assez mauvaise, pas de gros (une tortue, quelques bébés-requins), les nudibranches sont les plus communs sauf celui-ci déjà vu à Coron et que je trouve assez beau.



J'étais heureuse de retrouver les sensations de la plongée mais je me suis un peu ennuyée sous l'eau, autant être honnête.

Voilà pour les îles Perhentians. Ne pas se contenter des plages principales et s'offrir un bateau taxi pour se retrouver seul sur des plages immaculées.





Mon 2ème voyage s'arrête sur cette note de bleue. J'ai décidé de rentrer en France.
Je ne peux pas passer ma vie à voyager, aussi enrichissant cela soit il.
A priori donc, fini les grands voyages de plusieurs mois.
Cela me manquera.. ou pas.
Partir pour la deuxième fois a été un voyage différent du premier dans la conception même du voyage.
La découverte était forcement moins présente. Je savais avec mon expérience de l'année dernière ce que signifiait « voyager ». Je devenais une voyageuse expérimentée, il m’était (trop?) naturel de me balader dans les rues d'Inde ou ailleurs.
Ce pourrait-il qu'on puisse être blasée de voyager ? (attention, sujet tabou chez les voyageurs longue durée..)
Pourtant j'ai adoré ce 2ème voyage, Varanasi, le Sri Lanka, mes Konyaks tatoués, l'eau translucide des Perhentians resteront les musts.

Le plus beau voyage est de se prouver sa liberté. Je l'ai réussi.

On ne revient jamais tout à fait d'un voyage. Des images, des rencontres, des émotions. Tous ces petits instantanés qui resurgiront à des moments différents de ma vie et qui m'aideront sans nul doute à avancer, encore et toujours.


Merci une dernière fois de m'avoir lue, très sincèrement.


6 commentaires:

Justine a dit…

snif bouh oh non c'est déjà fini...nous avons adoré partager ce voyage avec toi à travers ton blog et toutes ces belles images. Ton sens aigu de l'aventure (et du danger), ton petit côté gaston lagaffe, tes nudibranches, ton humour toujours présent, tes parcours hors des sentiers touristiques ont fait des ces quelques posts une invitation à la découverte, MERCI MERCI de nous avoir fait les témoins de ton périple. On a envie de dire encore mais finalement aussi allezzz rrrreviens!!! Plein de baisers barnie!

Anonyme a dit…

Merci de nous avoir fait partager ton voyage. Le retour n'est jamais évident mais je suis sur que tu nous reviens pleine d'energie.

Merci encore.

Fred

alain sautot a dit…

3 mois de decouvertes,c'est quand même pas mal !Et puis pour que les choses aient du gout,il faut qu'elle aient une fin.De toute façon les voyages entraînent une addiction et je suis sur que tu repartira pour de nouvelles aventures.Merci pour ton blog et bon retour emilie.

Anonyme a dit…

Je viens de découvrir ton blog que j'ai lu avec plaisir!
Un beau voyage, je suis presque triste que tu sois revenue, j'aurais aimé te lire encore.
Bon retour.

Philippe

Le Gone a dit…

Je viens de découvrir le blog en furetant sur la plongée, les images sont magiques, la vie est belle, il faut avoir du temps pour voyager autant ;-) , je suis déçu d'entendre que les fonds ne sont pas top quand je voie les images de la surface.

Mimi bulle a dit…

Merci à Le gone pour son commentaire! :)
Oui il faut du temps c'est vrai, cela demande des concessions mais le voyage en soi nous apporte tant.. une parenthèse enchantée..