mercredi 11 avril 2012

Cry me a river - Traversée de la Nam Ou: de Muang Khua à Nong Khiaw - 11.04.12

Je ne sais pas si c'est parce qu'ils forcent trop sur l'alcool de riz ou si leur bonne humeur est liée à l'approche du nouvel an, mais je trouve que les laotiens n'en manquent pas une pour faire la fête.

Partout où je passe ces derniers jours, c'est fiesta dans tous les villages, et musique à fond même s'ils ne sont plus que 10 sur la piste.

Extrait choisi.

video

Après mon trek à Viang Phukha, j'opte pour une expérience fluviale sur la Nam Ou, moins prisée que le Mékong.

Je passe donc deux jours à traverser le nord du Laos pour me retrouver à Muang Khua, départ de ma petite sortie en bateau.

Muang Khua
Je découvre cette fameuse rivière au petit matin, la brume voilant le paysage et la pluie des derniers jours l'ayant rendue couleur rouille.




Je me glisse parmi les premiers dans l'embarcation et je m’aperçois que les 3 premières rangées ont droit à des sièges de renault R21. Classe business. Pour bibi.


Pour le reste, ce sont 2 bancs qui se font face pour la quinzaine de personnes qui font le voyage.

Je ne suis pas la seule à avoir préféré la Nam Ou. Pas mal de touristes sont du voyage, les locaux sont minoritaires.

Il faut dire qu'avec l'amélioration des infrastructures, de moins en moins de villages sont isolés.
On construit beaucoup, et lors de la traversée, je saisirai cette évolution en un clic. L'actuel pont de bambou bientôt obsolète quand le pont en dur sera terminé.

Moderne vs. Ancien
Pendant la petite croisière fluviale, je me délecte donc du paysage offert. Pics karstiques, forêts denses et villages sur les rives sont au programme. Un beau programme !






Mais je crois bien que c'est la première fois que je navigue sur une rivière et donc je n’étais pas vraiment au courant de ce qu'on appelle « les rapides »...

La rivière est paisible, calme, de l'huile.. ; Et d'un coup, Bammm, le capitaine accélère, manœuvre comme un fou, la rivière est devenue en ébullition, l'eau gicle à l’intérieur du bateau et hop, en une fraction de seconde, la rivière est redevenue sereine.

Vidéo à l'appui pour illustrer mon propos. La dernière image est parlante ; j'ai fini trempée. 

video

Après 4 heures de navigation, je m'arrête dans un petit village recommandé par le LP, Muang Ngoi. Village charmant, accessible qu'en bateau.

Une seule route traverse le village. Le dosage touriste/villageois est harmonieux, l'ambiance est zen. Un chouette endroit pour ceux qui souhaitent se reposer.


Ça tombe mal, j'ai eu droit à mon repos forcé en Thaïlande, je suis remise de mes petites blessures et j'ai la bougeotte comme pas possible. Depuis que je suis arrivée au Laos, je n'ai pas dormi deux nuits d'affilée au même endroit.

L'arrivée à Muang Ngoi me pousse de toute façon à ne rien faire car s'abat à nouveau un orage. Suivi une heure plus tard d'un soleil radieux.

J'ai attendu l'arc-en-ciel dans ce paysage magnifique.. en vain. Mais je l'ai imaginé. Cela m'a presque suffit.


Mais j'apprends que la petite bourgade à une heure de bateau, Nong Kiaw, accueille le lendemain sa course de bateaux annuelle. En voilà une bonne nouvelle !

Donc je m'y pointe le lendemain matin pour y assister. 1 heure de bateau. Les paysages sont encore plus beaux que la veille.





Muang Kiaw est également au bord de la Nam Ou, un grand pont l'enjambant pour séparer la petite ville en deux parties.

Nong Khiaw


La Nam Ou du pont

Tous les habitants des villages alentours se sont donnés rendez-vous à l'occasion de la course, chacun supportant sa propre équipe d’enfants du pays. 20 bateaux en tout. 30 paires de bras en action avec l'espoir de remporter la coupe et les 10 millions de Kip qui va avec (soit 1000 euros).




Cette fête est aussi un moyen de célébrer le nouvel an lao avec un peu d'avance. Il fait très chaud en ce moment, on avoisine les 40 degrés à l'ombre. Je suis même obligée de marcher aux heures les plus chaudes avec un parapluie.

Et durant cette journée, je me rends compte que mon parapluie me sera d'une autre très grande utilité !

En effet, la tradition veut que pour le nouvel an, on s'asperge d'eau pour se souhaiter une bonne année tout en se rafraîchissant.

Sauf que ce ne sont pas que de petits innocents pistolets à eau qu'on utilise, c'est carrément le jet d'eau, le seau ou la bassine géante. Piétons, vélos, motos, tuk-tuk.. tout le monde y a droit.






Moi aussi évidemment. Trop contents d'arroser des pieds à la tête la falang qui pourtant supplie de l'épargner..


Enfin, tout cela ne sont que les prémices de ce que je vais vivre dans las prochains jours. En effet, je me rends à Luang Prabang, THE place to be pour le nouvel an lao et son célèbre festival de l'eau.


Ella Fitzgerald pour illustrer le titre du post pour me rattraper d'avoir mis Lorie au post précedent..

Cry me a river. A (re)écouter absolument!



Merci de lire une trempée!




6 commentaires:

steph a dit…

vous mieux pas avoir un tee shirt blanc au laos sinon c'est plus le nouvel an c'est concours de tee shirt mouillé
et 1000 euros!!!! pour eux c'est énorme tu m'étonnes que ce soit la fête
tjs aussi beau
bisous

Mimi bulle a dit…

Merci de prendre en compte les considerations pratiques Steph!! :) j'eviterai donc le t-shirt blanc (j'avoue que je n'y avais même pas pensé!).

Quant aux 1000 euros cela ne leur fait plus que 33 chacun. Mais je ne pense pas que cela soit ce qui les anime!

Pleins de bisous!

Anonyme a dit…

Encore un bel article qui sort des sentiers battus.

J'ai hâte de lire les aventures de mimi bulle pour le nouvel an.

Merci encore de nous faire partager cette aventure.

Claire (de plongeur.com)

Anonyme a dit…

Magnifiques photos! je kiffe la musique et la danse laotienne!
manue

Anonyme a dit…

Hé bien j'ai eu un peu peur à un moment que tu nous raconte que tu sois tombé dans la riviere ... mais non ... et bravo je suis fiere de toi ! tu n'as été qu'une petite victime de trampage !!!!! Et par la chaleur qu'il à l'air de faire c'est pas si mal non ?
Profites bien pour moi qui suis creuvé en ce moment !!!
Je t'embrasse fort et suis ravie que tu n'ai pas eu de pbe avec le Tsunami non plus !!!
Bibiz
@ude

Anonyme a dit…

Me voila rassurée: j'ai vu ta croute !
Surtout grave chaque paysage au fond de ta mémoire pour les ressortir à la demande, les jours de pluie ou de spleen de l'homme blanc.
j'aime toujours autant te lire et le sourire que tu portes sur tes petite galères, et je ne parle pas de tes photos...
Mille baisers
Mam